Comment tout réussir avec du travail acharné?

Comment tout réussir avec du travail acharné?

C’est une vidéo de Raj de la chaine Youtube Autodisciple qui m’a inspiré à écrire cet article. Cela me fait penser à tous ces moments que j’ai passé à travailler comme un forcené pour réussir, à toutes ces épreuves et ces échecs dont j’ai du faire face.

Lorsqu’on voit des personnes réussir dans leur domaine (sportifs, acteurs, politiciens etc), nous ne voyons que leur succès. Nous ne pensons pas à tout ce travail qu’ils ont fait pour être arrivé à ce niveau là. Les pessimistes diront qu’ils ont eu ce talent naturel. Mais ils ne pensent pas à toutes les heures de travail, toutes les gouttes de sueurs, tous les sacrifices qu’ils ont du faire. Le succès est comme un iceberg. Nous ne voyons que la partie visible au dessus de l’eau. Mais toute la partie caché en dessous correspond à tout ce qu’ils ont du faire pour être arrivés au sommet.

Si vous vous demandez si vous fournissez les efforts nécessaires pour réussir, je vous invite à faire un petit exercice avec moi.
– Sur une échelle de 1 à 5, évaluez la difficulté D du travail à accomplir pour atteindre votre objectif.
– Sur une échelle de 1 à 5, évaluez maintenant les efforts E et le travail que vous mettez pour ce projet.

C’est simple, maintenant si la valeur des efforts fournis E est inférieure à la difficulté D de votre projet, cela signifie que vos efforts ne sont pas suffisants pour espérez réussir ce que vous entreprenez. C’est bête et aussi simple que cela, si vous voulez réussir quelque chose de grand, il vous faudra bosser aussi dur qu’est la difficulté. Il n’existe pas de chance dans la vie. Les opportunités? Elles viennent avec le travail.

Laissez-moi partager avec vous deux expériences qui m’ont appris que le succès ne vient qu’avec du travail acharné.

La danse hiphop

Lorsque j’ai commencé la danse Hiphop, je n’avais aucun don, aucun sens de la rythmique ou du mouvement. J’étais comme une planche en bois et le pire encore, à cause de ma timidité et mon manque de confiance, j’avais peur que les autres élèves me jugent.

J’ai commencé la danse assez tard en plus. Je devais être à ma première année de fac. Je me souviens que les autres élèves de mon cours de danse venaient du lycée, voir même du collège. J’avais plein d’excuses pour ne pas m’inscrire à la danse. Comme « la danse c’est pas fait pour moi », « j’ai plus l’âge, il aurait fallu que je commence plus tôt », « la danse c’est fait pour ceux qui ont le rythme dans la peau », etc…

Mon apprentissage n’a pas été facile. J’ai du travailler deux fois plus que les autres. En plus de vaincre ma timidité, la peur du regard des autres et apprendre les pas de bases, je devais mémoriser la chorégraphie comme les autres. J’ai eu des moments difficiles où je pensais ne jamais pouvoir réussir à bien danser comme les autres. Des moments où je n’arrivais pas à mémoriser la moindre série et où en me regardant dans le miroir danser cela ne ressemblait à rien. Mais je ne me suis pas laisser découragé. Je me répétais sans cesse « travaille dur et tu y arriveras! ». Je m’entraînais à la maison, je visionnais des tas de vidéo. Puis lorsque j’ai eu l’opportunité avec l’Université de Montréal de réserver à ma guise des salles de danse, j’allais m’entraîner encore plus. Malgré l’âge à laquelle j’ai commencé, j’ai pu progressé assez vite rattrapant mon retard pour atteindre maintenant un niveau plutôt correcte (bon ok je fais mon modeste).

Bref j’avais des tas d’excuses pour ne pas me lancer mais heureusement que ma passion a été plus forte. Je voulais vraiment apprendre à danser et vivre à fond cette passion et non plus juste la suivre à travers des vidéos que je visionnais. Aujourd’hui, je ne regrette en rien toutes les gouttes de sueurs que j’y ai laissé, la danse est ma passion et m’a apporté énormément dans la vie.

L’improvisation théâtrale

Mon parcours avec l’improvisation théâtrale est assez semblable à celui de la danse Hiphop. J’ai commencé l’improvisation théâtrale un peu tard, à l’âge 23 ans. Lorsque j’ai commencé, je n’avais aucune expérience théâtrale et pire encore j’avais super peur de prendre la parole en public. Alors que d’autres avaient l’habitudes de la scène et savaient déjà jouer des personnages, des émotions et se lancer dans de grande tirade, moi j’étais hyper timide et très mal à l’aise à l’oral…

Je voyais l’écart de niveau avec mes camarades comme si je regardais le sommet de la montagne d’en bas… Cela a été très dur pour moi au début. J’avais l’impression que j’avais tout à apprendre. Je me sentais vraiment nul par moment. Mais je penses que ma volonté à ce moment là était dur comme fer, je ne ratais pas un seul cours. Je voulais vraiment vaincre ma timidité qui était très handicapante dans ma vie et puis la danse m’avait appris qu’avec le travail tout était possible.

Pour rattraper mon retard, j’avais même décidé de m’inscrire à des cours de communication orale en plus de l’improvisation théâtrale pour m’habituer encore plus à la prise de parole en public. Je me souviens que j’ai passé beaucoup de temps à lire des classiques de la littérature ou voir des films classiques (pour parfaire ma culture). J’ai passé beaucoup de temps aussi à étudier la manière de jouer des émotions ou des personnages. J’avais un train de retards et pour moi la seule façon de rattraper les autres étaient d’en faire deux fois plus qu’eux. Même s’il fallait que je passe deux fois plus de temps à la salle de bain, parce que je m’entraînais à faire des émotions devant le miroir…

Au bout de quelques mois, je me sentais un peu plus à l’aise sur scène et à l’oral.

Au bout de 1 an et demi, voir 2 ans, je penses avoir rattraper mon retard et consolider mes bases.

Puis après toutes ces années, j’ai pu développer les qualités et le style qui m’est propre. Je suis capable de jouer sur scène devant un vrai publique.

Avec le travail acharné j’ai réussi à passer de planche de bois en mouvement à bon danseur. J’ai réussi à passer de grands timides incapable de prendre la parole dans un groupe à un improvisateur sur scène. Je penses sincèrement qu’on est capable de tout avec du travail acharné. La chance n’y est pour rien, tout dépend de soi et du travail qu’on y mets.

Sur ce, je vais prendre moi-même acte de ces leçons que j’ai tiré pour me consacrer à fond sur ce blog et à mon rêve de devenir coach en développement personnel. Je ne penses pas pour l’instant fournir les efforts nécessaires pour réussir. Je dois passer la vitesse supérieure!

“Do not wish for an easy life. Wish for the strength to endure a difficult one.” Bruce Lee

Ancien grand timide et introverti, j'ai tout quitté pour aller vivre ma passion dans le développement personnel et devenir coach de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *