J'ai fait le défi zone de confort de m'allonger sur une place publique

J’ai fait le défi zone de confort de m’allonger sur une place publique

C’était un après-midi ensoleillé et j’en avais profiter pour aller me balader dans un parc pour admirer la fleuraison des cerisiers. Je m’étais posé sur un banc pour écrire un peu. Je travaillais sur mon article « Comment devenir coach en développement personnel?« . Je pensais au métier de coach et à tous les exercices que je connaissais pour repousser ses limites. Puis, cela m’a fait penser à cet exercice que ce mec s’était lancé pour vaincre sa peur du regard des autres et gagner confiance en soi. Son défi consistait à s’allonger sur des places publiques et faire face aux regards des passants. Vous pouvez voir sa vidéo TED ci dessous :

Je trouvais ce challenge vraiment intéressant. J’avais toujours voulu le faire mais je n’avais jamais pris l’initiative quand j’étais à Paris. Maintenant que j’étais dans un nouveau pays, je m’étais dis que c’était l’endroit idéal pour le faire car je ne connaissais personne. Et puis surtout, il y avait la fleuraison des cerisiers. Cela ferait une jolie photo souvenir!

Comme à chaque fois, lorsqu’on doit aller vers une situation inconfortable, nos peurs inconscientes se réveillent. Et les excuses surgissent aussi vite qu’un moustique la nuit dans une plage en Thaïlande (hum pas très glamour la métaphore 😉 ). « Il y trop de gens« , « les gens vont me prendre pour quelqu’un de bizarre« , « les coréens n’ont pas l’habitude de voir ça« , etc… J’avais dix milles excuses qui venaient à moi. Mais ayant l’habitude de sortir de ma zone de confort, je savais que cette réaction était normale. Il fallait juste que j’ignore ces pensées négatives qui surgissaient et le plus important: passer à l’action immédiatement! Plus je restais là à y réfléchir, plus j’avais de chance que la peur prenne le dessus.

Je terminais donc d’écrire mes dernières phrases de mon article. Je chopais mon appareil photo puis c’était parti pour le défi de m’allonger 2 minutes sur une place publique.
Il y avait un petit lac dans ce parc avec au milieu une île où se trouvait une mini fête-foraine. Un chemin entourait le lac. C’était d’ailleurs le chemin principal que les gens prenaient pour admirer le lac et les cerisiers qui longeaient cette allée. D’autres personnes la prenaient pour se diriger vers la fête-foraine. C’était un weekend ensoleillé. Vous pouvez imaginer la foule qui avait 😉 En plus, tous les gens marchaient dans le même sens.

J’avais donc choisi cette allée pour faire mon défi. La vue était parfaite avec les cerisiers. Je marchais sur cette allée pour trouver le spot idéal. J’avais la boule au ventre… Heureusement que j’étais en train de me filmer et que je parlais à la caméra. Cela me permettait de ne pas trop réfléchir. Puis au bout de quelques mètres, je tombais sur un espace assez grand, parfait pour m’allonger 🙂
Pour rendre la tâche un peu plus difficile et aussi essayer de choper le regard des gens, je m’étais allongé à contre-sens de leur marche.

Je me suis senti un peu gêné au début. Mais au bout de quelques secondes cette sensation de gêne était partie. Je trouvais cela fun et j’essayais de choper le regard des passants pour m’amuser. Certains me regardaient par curiosité (ou c’était peut-être de la confusion) avant de tourner les yeux ou de revenir à leur conversation. D’autres ne jetèrent même pas de regard vers moi, ils passaient leur chemin normalement. Parfois j’avais l’impression qu’ils étaient plus gênés que je ne l’étais. Au bout d’une minute, j’étais parfaitement à l’aise. Comme à la maison 🙂

La dernière minute se terminait avec une maman coréenne qui était venu me parler gentiment. Je n’ai pas compris un mot de ce qu’elle me disait mais vu l’expression de son visage, elle devait dire quelque chose comme : « Mais dites donc jeune homme, qu’est-ce que vous faites allongé au beau milieu de l’allée? ». Ça m’a fait bien rire 🙂

Après 2 minutes, le défi se terminait et je me relevais. Tout content d’avoir réussi à relever ce défi, je me sentais relâché, sans aucune pression, comme si je venais de passé une soutenance. Puis j’étais aussi relâché dans le sens « lâcher prise ». Je me sentais déjà un peu plus confiant et je faisais moins attention au regard des autres. Lorsque je « vlogguais » juste avant de faire mon défi, je me souviens que j’étais un peu gêné du fait que les autres me regardaient parler à la caméra. Je ne parlais pas très fort… Puis juste après le défi, je me relevais et parlais à la caméra et Waouh! J’avais plus rien à foutre du regard des autres! Excusez-moi du langage 😉 Je pouvais parler à la caméra normalement. Comme si j’étais seul, dans ma bulle. Je parlais fort et j’étais complètement à l’aise.

Au final, le défi était plus simple que je l’imaginais. Je m’étais fait tout une montagne de l’exercice. C’est bête, mais souvent la peur surgit irraisonnablement. Il n’y avait aucun danger à cet exercice. Ce n’est pas comme si je devais faire un saut en parachute et que j’avais peur que le parachute ne s’ouvre pas. Ici la pire des choses qui pouvait arriver était des passants se moquant de moi… Comme quoi souvent la peur est une réaction face à une situation que nous n’avons pas l’habitude de vivre. Il est important de souvent sortir de sa zone de confort pour savoir dompter la peur et surtout savoir passer à l’action malgré elle.

Aller en cadeau la photo souvenir de mon défi (j’ai quelques vidéos mais elles vont rester dans mon disque dur pour le moment. Je ne suis pas très satisfait du rendu… ).

Défi zone de confort s'allonger sur une place publique

Passionné par le développement personnel et l'improvisation théâtrale, j'ai tout quitté pour aller poursuivre mes rêves et mes passions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *