Ma visite chez le psy

Ma visite chez le psy

Si vous avez lu mon article précédent vous savez que j’ai consulté une psy pour la première fois il y a quelques semaines… Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le faire pour ne pas être spoilé encore plus 😉

Comme prévu, je suis retourné voir la psychologue pour avoir un retour plus détaillé des résultats de mon test de douance. Dans mon dernier article, je vous disais que je n’étais probablement pas surdoué parce que je n’avais pas le score de QI suffisant. J’avais eu 124 et il fallait 130 pour pouvoir parler de haut potentiel. C’était donc sans trop d’espoir que je suis allé consulter mais je me disais quand même dans un coin de ma tête « pourquoi pas? ». Après tout, ce ne sont que des chiffres…

Et puis au delà de ça, j’avais aussi envie d’en savoir plus sur ce que le test disait sur moi. Et savoir éventuellement comment je pourrais utiliser cela dans ma vie.

Peut-être que les capacités que la psychologue a pu voir en moi peuvent m’être utiles dans mes projets.

Peut-être que certaines informations peuvent m’aider à mieux me comprendre et à expliquer les difficultés personnelles que j’ai rencontré tout au long de ma vie : le fait que j’ai toujours eu du mal à me faire des amis, le fait que parfois je me retrouvais en décalage avec les autres.

J’ai fait cette démarche dans l’objectif d’avoir des réponses. Malheureusement, après cette nouvelle consultation, c’était encore plus flou… Je recevais des nouvelles informations qui rendaient encore plus ambigus les résultats.

Le test étant fait pour des personnes dont la langue maternelle est le français. Or ma langue maternelle est un dialecte chinois (le Teochew) et je n’ai appris le français qu’à partir des années de scolarité. Cela a possiblement eu des répercussions sur les résultats.

Puis il y a les aptitudes montrées dans certains exercices qui mettent aussi le doute. La psy me disait que j’ai démontré des compétences au dessus de la moyenne dans certains exercices. Dont un exercice de puzzle où elle m’a partagé le fait que c’était la première fois qu’elle voyait une personne qui avait de telle facilité à faire cet exercice. Je ne sais pas comment cet exercice pourrait m’aider dans la vie mais c’est vrai que ça m’a fait plaisir d’entendre ça.

Enfin, la dernière donnée qui sème le doute et dont j’avais déjà connaissance lors du test, c’est que le test de douance n’évalue que les capacités cognitives. L’intelligence émotionnelle et relationnelle ne sont pas pris en compte. Or ces deux types d’intelligences participent pleinement à l’intelligence globale.

Au final, je repars avec toujours autant de questions sans vraiment savoir si je suis surdoué ou pas. Mais avec du recul, je me dis que c’est juste une étiquette. Ce n’est pas une étiquette qui fait la personne que je suis. C’est ce que je fais au présent et quotidiennement qui définis la personne que je suis.

Surdoué ou pas, je compte continuer tel que je l’ai fait ces dernières années, fidèle à moi-même. Je continuerai dans ma voie à la recherche de connaissance et d’expérience. Je continuerai d’avancer avec toujours cette soif d’apprendre et de devenir une meilleur version de moi-même chaque jour qui passe.

Ancien grand timide et introverti, j'ai tout quitté pour aller vivre ma passion dans le développement personnel et devenir coach de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *